Home » 2014 » décembre

Monthly Archives: décembre 2014

décembre 2014
D L M M J V S
« Nov   Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

150e

« Jubilate Deo, Jubilate omnis terra » chantait le peuple de Dieu célébrant l’ouverture de l’année jubilaire du 150e. Année qui marquera 150 ans de présence des FIC en Haïti.

Ils étaient des milliers de fidèles à venir chanter, remercier le Seigneur pour ces missionnaires, laissant famille, amis et patrie afin de répandre la lumière de l’Evangile et le pain de l’instruction jusqu’aux confins du pays.

Ces croyants dévoués ont foulé notre sol, 4 ans après la signature du Concordat de 1860 entre le gouvernement haïtien et le Saint-Siège. La cohorte constituée des FIC, des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny, des Pères de Saint-Jacques aura effectué un long et difficile parcours pour forger de meilleurs lendemains.

Le Père Hans, dans son homélie, retrace la noble besogne, empreinte de réalités souvent amères accomplie par les religieux au sein du peuple haïtien. Fierté et satisfaction se lisent sur tous les visages durant la cérémonie eucharistique.

Conversations et retrouvailles ont eu lieu à l’intermède musical animé par Patrick Zamor. Pendant que certains se rafraichissent, d’autres savourent de la vibration avant de se faire surprendre par la maestria des musiciens emmenés par le Frère Milot Frédéric réalisant avec éclat l’hymne national et celui du tri-cinquantenaire. Ces musiciens montrent la panoplie de leur art et représentent dignement l’école des Frères de Ouanaminthe.

Vient ensuite la succession des interventions de quelques hauts dignitaires. Tandis que le représentant du Supérieur général, Fr. Guillermo Da Vila, met l’accent sur le combat, la foi et l’espérance des missionnaires qui, durant leur travail ont résisté à la pluie et au soleil, M. Grégory Mayard Paul, de son côté, palliant à l’absence du président de la république, met l’emphase sur nombre de religieux péris en Haïti citant notamment les Frères Raphael Berrou et Ephrem le Mat.

De son côté, le Frère Provincial, Hervé Zamor, présente l’agenda des 150 ans à venir. Projet de construction d’une faculté des Sciences de l’Education et la numérisation de la bibliothèque des FIC.

Comment parler de cette matinée sans relater la passation symbolique de l’héritage des 150 ans d’un élève de la plus ancienne des Ecoles FIC, (Jean-Marie Guilloux), à un jeune de la plus récente institution ; l’Ecole Professionnelle de La Vallée de Jacmel ?

L’année jubilaire s’annonce riche. De nombreuses activités sont déjà prévues. Puisse Dieu accompagnerles religieux dans leur mission.

Mompremier Emmanuel A. 2B

Interview avec un responsable de la JVS.

L’environnement et sa préservation sont l’une des préoccupations de l’humanité. Dans cette perspective, plusieurs organisations à travers le monde œuvrent pour la défense de la nature. Pour offrir un cadre de vie plus agréable, et rendre réalisable cette volonté de protéger notre espace, a été créée en 2009, la Jeunesse Verte Saint-Louisienne (JVS), présidée depuis plus d’un an par Yves-Eddy Narcisse élève de Terminale. L’effectif des JVSiens durant cette année est passé d’une trentaine à cinq pour ensuite remonter à dix-huit. Voici les propos recueillis du président Narcisse au cours d’une interview accordée à APS.
Marcelin- M. Narcisse, quels sont les objectifs de la JVS ?
Narcisse- La JVS a pour but de promouvoir et de renforcer l’écologie à Saint-Louis. Elle veut s’étendre pour apporter une contribution dans la commune où se trouve l’école. Si nous arrivons à atteindre cet objectif nous comptons même nous joindre à certaines écoles pour étendre le mouvement « JVSien » sur tout le territoire tenant compte de son état déplorable.
M- Quels sont les projets de la JVS ?
N- Pour éradiquer le déboisement, nous avons l’intention de préparer des plantules de certains arbres fruitiers en voie de disparition. Tout cela se fera dans un espace réservé du campus.
M- Quels sont les contributions de la JVS pour améliorer la situation de l’école ?
N- Nous avons entrepris dès le début de l’année un projet de recyclage des déchets et un concours de propreté sans grande réussite. Nous avons également essayé dans la mesure du possible de sensibiliser les élèves par nos affiches et des séances de ramassage d’ordures sur la cour.
M- Quels sont les retombées d’un tel travail sur l’ensemble de l’école ?
N- Au niveau du primaire, nous avons eu un grand succès. Quant au 3e cycle il y a encore à faire. Un manque de motivation est à remarquer chez la plupart des élèves du secondaire.
M- Si vous aviez un message à transmettre, que serait-il?
N- La protection de l’environnement c’est l’avenir !
Donc soyez respectueux de la nature et faites-la respecter autour de vous si vous voulez une fois arrivé à l’âge adulte, avoir le plaisir de faire découvrir à vos enfants un monde qui ne se réduit pas au béton et à l’asphalte des villes, auxquels s’ajoutent la pollution et le réchauffement climatique.

MARCELIN Jonathan
Rédacteur ( 1R)

Lamartine Clermont

La journée du vendredi 25 janvier 2013 est marquée par le début du  championnat interscolaire tant attendu intitulé: Lamartine Clermont. Une effervescence, due à un brouhaha sans précédent de la foule d’élèves et aux agitations sportives, qui caractérise cette ambiance.

En volley –ball la tension atteint déjà son apogée. Deux rencontres se disputent simultanément. Un match opposait SLG à La Providence ; les demoiselles de SRL contre celles du lycée Marie Jeanne. Bien que l’équipe Saint-Louisienne fût  à domicile, on remarquait une nette majorité des spectateurs en faveur des jeunes filles de la catégorie minime.

SLG est sorti vainqueur de son match, mais pour certains, sa prestation n’était pas au top.

C’était ainsi, dans une pareille ambiance, où  l’on se trouvait à niveau inférieur (terrain de foot). Un premier match mettait aux prises le Collège Dominique Savio et l’Institution Frère Guénolé Marie. Match qui s’est soldé par 4 buts à 1 en faveur du CODOSA. Une autre rencontre plus attendue opposant notre sélection U20 à celle de l’Institut Mixte Jean-Jacques Rousseau, allait bientôt se disputer au stade de SLG vers les quatre heures.

Vêtue d’un nouvel uniforme, toujours rouge et vert, l’équipe St-Louisienne inflige un score de 1-0 à l’institution Fr Guénolé Marie   qui prétend jouer á  la manière du Real Madrid. Grotesque, jugent certains St-Louisiens en voyant d’abord  l’uniforme. ‘’ Où pourrait bien être Cristiano Ronaldo, se demandaient quelques-uns ?’’

Une  compétition excitante, telle est le championnat Lamartine Clermont. Dans toutes les disciplines et catégories confondues, ce championnat demeure incontestablement une véritable confrontation et une distraction interscolaire.

Boursiquot Grégoryapsport

Une exigence d’excellence

Voici seulement quatre semaines depuis que la machine Saint-Louisienne a redémarré, cependant son rythme prouve qu’elle redouble d’effort. Heureusement que, face à un départ si prompt, les Saint-Louisiens s’attèlent déjà à la tâche et gardent constante leur volonté de réussir tout au long de l’année scolaire. Cependant, combien d’entre nous s’astreignent à respecter les prescrits de la charte? Une exigence d’excellence!

Si la plus grande preuve d’amour de Dieu, après la liberté, est de placer en chacun de nous de multiples talents, notre premier geste de gratitude envers Lui, et dès lors, notre premier devoir serait de faire fructifier les talents qu’Il nous a confiés. Chacun de nous a pour mission de continuer l’œuvre créatrice de Dieu en mettant au service de l’humanité les dons qu’il a reçus, et cet apport à la création ne sera parfait que si l’on vise l’excellence dès le début. Ainsi, nous avons pour devoir d’exploiter au maximum nos potentiels ; Jésus lui-même nous fait l’exhortation suivante : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ». Soyons donc assidus et œuvrons pour la perfection. Que ceux d’entre nous qui peuvent obtenir 9 de moyenne ne se contentent pas d’un petit 7, et que ceux qui pourraient avoir 7 ne se disent pas qu’avec un vil 5 ils se retrouveront l’an prochain dans la même classe que celui qui aura eu 9. Osons, cette année, donner le meilleur de nous-mêmes. Si la quête d’excellence se place comme essentielle du point de vue religieux, elle l’est encore plus sur le plan moral.

La société haïtienne nous fournit des exemples assez palpables des différentes formes que peut prendre l’injustice : rares sont les élèves qui jouissent d’une éducation de qualité et nombreux sont les misérables opprimés par la société. Nous avons cependant la chance à Saint-Louis d’espérer en un avenir meilleur. Il  serait donc immoral, voire  insensé de notre part que nous ne prêtions main forte à cette société mourante. Il nous faut pour cela œuvrer pour le changement en nous formant à l’image de l’homme complet cultivant la discipline, la charité, l’ordre, la méthode et la compétence. Nous n’atteindrons le vrai changement que si nous nous appliquons à  être excellents dès aujourd’hui sur les bancs de l’Institution car toute action parfaite ne peut avoir comme auteur qu’un être parfait.

Ainsi, génies de Saint-Louis de Gonzague, en cette nouvelle année scolaire, osons outrepasser nos limites. Sportifs,surmontons avec enthousiasme les obstacles qui jonchent la piste. Soyons excellents ! Soyons les bâtisseurs de ces cathédrales que sont nos familles, notre pays, notre monde.

Ricardy Nau, Rédacteur en chef

Bibliothèque

Depuis la catastrophe du 12 janvier 2010, certains des bâtiments de Saint-Louis ont été  fortement endommagés.  La bibliothèque du cycle fondamental et celle du secondaire sont rasées.  Cependant, les Frères, conscients de l’absence de lecture  du côté de la bibliothèque de Saint-Louis ont tenté,  l’année dernière, de la replacer dans une pièce attenante à  l’économat. Cette solution n’ayant pas été appréciée de tous, ils ont,  au cours du second trimestre de cette nouvelle année scolaire, rénové et relocalisé  cet « univers culturel ».

Mais rares sont les Saint-Louisiens, voire les  membres du corps professoral et directorial, à  éprouver  cet enthousiasme intense que nous ressentons aujourd’hui. Cet espace  conçu pour  l’épanouissement culturel des saint-Louisiens, a été détruit lors  du séisme, mais nous a été récupéré au cycle primaire; avec aujourd’hui à sa tête un nouveau responsable et une nouvelle structure et un nouveau local. La bibliothèque de Saint-Louis de Gonzague connaît désormais  un grand  changement.

Avec la promotion sociale et intellectuelle, le lecteur recherche de plus en plus d’ouvrages spécialisés aptes  à répondre à ses goûts.  Ainsi nous les Saint-Louisiens, nous avons tous intérêt à nous réjouir parce que notre institution se trouve maintenant dotée d’une bibliothèque  digne de ce nom, équipée d’ouvrages de toutes les disciplines.

Marcelin Jonathan

Rejoignez-nous!