Home » Le vieux Saint-Louis fait peau neuve

Consultation Evalnote

Login

Rejoignez-nous!

Catégories

Le vieux Saint-Louis fait peau neuve

    L’Institution Saint-Louis de Gonzague avait son millier d’élèves vers 1935. L’espace vital lui manquait pour le dépasser. Dès lors, elle fut obligée de refuser des centaines de demandes d’entrée, particulièrement pour la Douzième et la sixième.

   SLG rue du centre Les Frères songèrent d’abord à prolonger le bâtiment de la Rue du Centre, en face de l’école Elie Dubois. Le projet fut abandonné. On parla également de transférer le secondaire au Juvénat de Bourdon. Solution qui n’aboutit point. Enfin, puisqu’il fallait à tout prix s’agrandir, l’on décida de bâtir ailleurs, en dehors de la ville.

    Le Frère Constant, Directeur Principal et le Frère Anatole, Procureur, firent en 1962 l’acquisition d’un vaste terrain d’une dizaine de carreaux (13 hectares) dans la région de Delmas. Un terrain vague, couvert de bayahondes. Le Frère Anatole se chargea lui-même d’un premier nettoyage de la propriété.

Ce n’est qu’en 1968, après bien des hésitations, que les Frères se déterminèrent à bâtir à Delmas l’ensemble des bâtiments du secondaire. L’ingénieur Roude fut chargé de dresser les plans de construction du campus.

Le plan de l’ISLG à delmas 31-33
Le plan de l’ISLG à delmas 31-33

Cependant la mise à exécution des beaux plans de l’architecte prit encore du retard, puisque ce n’est qu’en décembre 71 que les travaux commencèrent effectivement, après qu’on eut débarrassé le terrain des bayahondes qui le couvraient.

Au début de 12, Delmas est un vaste chantier. Ici, l’on élève une baraque ; là, des peintres recouvrent les 227 poutres métalliques, destinées aux fondations, d’une peinture spéciale ; plus loin, on construit à même le sol un réservoir d’eau, tandis que la CAMEP le branche sur le réseau de distribution d’eau du secteur.

L’Electricité arrive à son tour, puis l’on installe le téléphone. On pose la clôture en treillis métallique sur un muret de pierre, tandis que les travaux de fouille se poursuivent pour les fondations des services communs et de la cuisine.

En avril, l’entreprise Vorbe et Fils commence à enfoncer les pieux de fondation des quatre bâtiments : administration, laboratoires, classes et salles spécialisées. Opération qui prend six semaines. Et bientôt les constructions sortent de terre et montent vers le ciel.

Au début d’août, les communs terminés servent provisoirement de dépôts ; le bâtiment de l’administration est en voie d’achèvement ; celui des classes à la dalle de couverture de l’étage ; les sols sont complètement cimentes à la cafeteria.

Pendant ce temps, on établit des canalisations pour l’eau, l’électricité et le téléphone et l’on construit des réservoirs d’une capacité de 300.000 litres d’eau. Un grade, mis gracieusement à certains jours à la disposition du chantier après les Travaux Publics, aplani l’emplacement de la route centrale du campus.

On construit et l’on plante : le bougainvillier et l’hibiscus le long des clôtures, des arbres divers à l’intérieur de la propriété, soit en bosquets, soit par rangées : acajous, chênes, robiniers, etc. Des pelouses se dessinent çà et là…

Lors de la construction de la maison principale de Saint-Louis de Gonzague sur la Rue du Centre, le Frère Hermias, Directeur des Frères d’Haïti, confia la surveillance des travaux au Frère Arnon, puis à la mort tragique de celui-ci, au Frère Joseph-Hermann. Comme pour rester fidèle à une bien vieille tradition, le Frère Michel Corrignan, Visiteur, choisit pour jouer le même rôle à Delmas le Frère Armand qui avait précédemment surveille la restauration de la chapelle de Saint-Louis.

Les constructions achevées
Les constructions achevées

L’ingénieur Roude et lui menèrent les travaux assez rondement pour qu’à la rentrée d’octobre 73 se trouvât réalisée, selon leurs prévisions, la première tranche du plan d’ensemble : achèvement du bâtiment du second cycle, dont l’étage servira de résidence provisoire aux Frères ; des pavillons de la direction, de la cafeteria, du personnel, dont une partie sert de résidence provisoire aux religieuses ; ouverture du boulevard central (13 mètres de large) ; aménagements de terrains de sport, en attendant l’instauration du stage prévu.

Si le bâtiment des salles spécialises n’a pas pu être utilisé à la rentrée des classes d’humanités à Delmas, on le trouva cependant debout dans son immense caisse d’échafaudages.

Ajoutons qu’aux grandes vacances 73, la vieille Institution s’est de son coté efforcée de réparer des ans l’irréparable outrage, en restaurant les bureaux de la direction ainsi que le premier étage du bâtiment de la Rue du Centre.

Si l’Institution Saint-Louis de Gonzague de Delmas est devenue une réalité et laisse déjà prévoir ce que sera l’ensemble du projet dans quelques années, lorsqu’à leur tour les classes de grammaire de la Rue du Centre viendront y prendre place, les Frères savent bien qu’ils ne pouvaient seuls faire sortir de terre ce que leur architecte avait dessine sur le papier. S’ils ont osé la création de leur campus, c’est qu’ils misaient sur le capital de confiance de leurs Anciens et des Parents d’élèves ainsi que sur l’appui de l’Etat haïtien.

Le 15 mars 1971, en effet, par une lettre circulaire, les Frères alertaient les anciens Elèves, les Parents et les amis de l’œuvre des Frères de l’Instruction Chrétienne, en donnant les raisons de leur initiative : apporter satisfaction à une plus large clientèle scolaire…Pour les financement des travaux, un emprunt était en même temps lancé, au taux annuel de 6%.

L’Opération-confiance commençait donc. Le projet à un investissement dans le pays : c’était un placement sûr, à un taux appréciable. Tout en étant appelé à rendre de grands services aux familles, il donnait également un bel élan à la construction du Nouveau Port-au-Prince.

On le comprit et les souscriptions se multiplièrent, grâce à la ténacité du Frère Anatole-Joseph, procureur.

Son Excellence Monsieur Jean-Claude Duvalier, président à vie de la République et Ancien Elève de Saint-Louis de Gonzague, y alla d’une importante contribution personnelle. Son Excellence, au surplus, accordait la franchise douanière pour tous les matériaux importés en vue des constructions.

Monsieur Edner Brutus, Secrétaire d’Etat de l’Education Nationale et Ancien Elève de l’Institution, appuya le projet de tout son crédit, par diverses recommandations près d’organismes étrangers.

Ainsi le mouvement de sympathie envers l’Oeuvre s’accentua et le financement se trouva assuré grâce aux prêts consentis. L’Opération-confiance s’avérait un succès.

Les Frères de l’Instruction Chrétienne sont heureux de témoigner leur reconnaissance aux bienfaiteurs du Saint-Louis de Delmas, ainsi qu’à tous les amis de l’œuvre, qui par leur aide financière ou autre, ont permis la réalisation de la première tranche du projet que l’on peut voir sur le plan ci-inclus.