Consultation Evalnote

Login

Rejoignez-nous!

Catégories

Un jeune haïtien est sorti lauréat de la 15ème promotion  de l’Institut de l’environnement à Saint-Domingue

etienne19

Les saint-louisiens continuent de porter le flambeau de la réussite partout où ils passent.

Toute la communauté saint-louisienne tient à féliciter Claude Alain Etienne, un ancien de Saint-Louis de Gonzague, qui est sorti lauréat de la 15ème promotion  de l’Institut de l’environnement. La cérémonie s’est déroulée à Jarabacoa en République Dominicaine, province de La Vega (à près d’une centaine de kilomètres de la capitale Santo Domingo), dans les locaux de l’établissement universitaire, en présence des autorités dominicaines et du ministre haïtien de l’Environnement, dont le titulaire,Joseph Joute a participé a la graduation le 4 mai dernier.

Dans ses propos de circonstance, le lauréat a promis au nom de tous les gradués, de garder bien haut le flambeau déjà allumé avec la force de cette formation.

Tout en remerciant le corps professoral, les gouvernements des deux pays ainsi que les parents des étudiants, Monsieur Etienne a invité ses pairs à se mettre au travail, une fois la cérémonie terminée. Car explique-t-il, la moisson est très grande et il manque d’ouvriers.

Déroulée en présence du Ministre de l’environnement de la République Dominicaine Monsieur Ángel Estevez, des autorités locales de la province de La Vega, des parents et du corps professoral, la cérémonie a permis au Ministre de l’environnement d’Haïti de rendre un hommage bien mérité aux valeureux cadres haïtiens qui ont représenté dignement Haïti tout le long de ces années de formation en gestion de l’environnement et des ressources naturelles.

« La cérémonie d’aujourd’hui est un événement fédérateur qui conclut brillamment un chapitre de votre vie et vous ouvre grand les portes de l’avenir. C’est pour vous le début d’une nouvelle vie et un jour de grande fierté, de réjouissances qui restera à jamais gravé dans votre mémoire », a déclaré le numéro un du Ministère de l’Environnement d’Haïti.

Plus d’infos sur rezonodwes.com

Ralph Jean-Pierre, son parcours et ses visions!

De Saint-Louis de Gonzague à Ozarks University, Jean PieRalph1rre continue son parcours.

On se souvient tous de Ralph jean Pierre de la Promotion SLG 2016. Il était footballeur champion dans sa catégorie et avait fait la fameuse bicyclette dans la pub de malta h.

Actuellement, il se spécialise dans l’administration des affaires avec des mineurs en économie et en écriture créative.

Son plus grand accomplissement académique :
Stage à Clarksville Light and Water où il travaille avec l’équipe de gestion pour cartographier, enregistrer et envoyer des rapports au directeur technique sur les vitesses d’internet.

Plans d’études supérieures :
Il est à la recherche d’écoles supérieures pour étudier l’économie de l’énergie ou de l’agriculture. Après avoir reçu un master, il aimerait travailler dans le secteur bancaire ou tout ce qui est lié à l’économie.

« I believe that Ozarks puts you in an environment to grow. They help take your ideas to the next step and are always open to help. » – Ralph Jean-Pierre

En savoir plus sur la page de l’Université Ozarks (https://web.facebook.com/UOzarks/posts/10161770747130046)

[envira-gallery id= »2290″]
[envira-gallery slug= »Ralph Jean Pierre »]

Ouverture de la phase finale du championnat du Bicentenaire des FIC et du weekend de fraternité à Saint Louis

Mots d’ouverture du Provincial

                Chers élèves, chers jeunes, chers collaborateurs, chers Parents, chers invités,

               lamennaisAvant tout propos, tournons vers Dieu qui nous rassemble pour ce week-end de fraternité autour de nos deux Fondateurs Jean Marie de la Mennais et Gabriel Deshayes. Remercions-le d’avoir donné à l’Église ces deux vaillants prêtres qui ont porté comme un étendard le souci de l’éducation des plus pauvres, des plus abandonnés de la Bretagne profonde. Comme Moise, ils ont fait leur, cette parole du Seigneur : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple (…) Et j’ai entendu ses cris (…). Oui, je connais ses souffrances (…). Bouleversés jusqu’aux entrailles devant la détresse des enfants des campagnes au lendemain de la Révolution Française, ils ont décidé d’agir et d’agir au plus vite. Les deux étaient convaincus que l’éducation était le remède approprié à la délinquance dans laquelle était plongée cette partie de la France. Jean Marie de la Mennais écrivait : « Tout sort de l’éducation ». L’enfant, le jeune est lui aussi digne de respect et d’amour. Chacun de son côté avait mûri un projet pour répondre aux besoins éducatifs de ces enfants perdus dans les campagnes bretonnes quand leurs chemins se sont croisés. Rien ne préparait ces deux hommes différents par l’éducation, le tempérament et la culture, à une telle aventure. Et pourtant, ils se sont parlé, se sont appréciés et ont décidé de mettre en commun leurs énergies pour « procurer aux enfants du peuple, spécialement à ceux des campagnes bretonnes, des maîtres solidement pieux. » C’est ainsi qu’est née le 6 juin 1819, la Congrégation des Frères de l’Instruction Chrétienne. C’est une histoire magnifique, cette collaboration et cette amitié sans failles ni nuages, pendant plus de vingt ans, entre ces deux hommes aux personnalités riches et fortes, entre ces deux apôtres, ces deux saints rivalisant « de foi et de charité, d’abnégation et d’humilité ». (Études mennaisiennes, Gabriel Deshayes, Sa spiritualité, p.1).

            geniaudAujourd’hui nous fêtons deux cents ans d’engagement des Frères de l’Instruction Chrétienne au service des enfants et des jeunes dans 26 pays du monde à travers les 5 continents. Ce bicentenaire nous offre l’occasion de découvrir pour certains et de redécouvrir pour d’autres les figures emblématiques de ces deux illustres défenseurs de la cause des enfants à l’instar de Jean Baptiste de la Salle, de Bon Bosco et de tant d’autres.

                 L’acte posé par ces deux hommes nous édifie à plus d’un titre.

             1) L’enfance et la jeunesse sont une grâce de Dieu. Nous devons en prendre soin. C’est ce que nous enseigne le Pape François à travers son exhortation apostolique Christus vivit.

              2) Au-delà de nos différences, de nos divergences de vue, de nos conceptions, de notre substrat culturel, nous pouvons développer un vivre-ensemble harmonieux entre nous pour créer la vie, la vie pour nous, la vie pour les autres.

              3) L’éducation n’a pas de prix. Cet engagement envers les enfants et les jeunes doit se poursuivre à travers les Frères et les laïcs qui s’investissent dans l’éducation et la formation. Et pour cela, il faut qu’il y ait des jeunes généreux qui acceptent de se consacrer à cette noble mission à la suite de Jésus. C’est une main remplie de joie et d’espérance que je vous tends. N’ayez pas peur de vous engager dans ce projet fascinant et mobilisateur.

                Chers élèves, chers jeunes, chers collaborateurs, chers Parents, chers invités,

             Vous convenez avec moi que les activités sportives ne sont pas les seuls motifs de ce rassemblement. Certes, vous allez disputer la phase finale du championnat dont les éliminatoires ont eu lieu dans les différents secteurs. Cependant au-delà ces confrontations sportives, il y a la fraternisation, la rencontre de jeunes appartenant à un même réseau d’établissements, les établissements FIC. Nous partageons les mêmes valeurs : la disciple, l’amour, le respect, le pardon, le courage, la justice, la joie, l’entraide, le fair-play, etc. Que ces valeurs continuent de guider notre agir en tout temps et en tout lieu. Donnons-nous du temps pour faire connaissance, pour échanger, pour nous détendre sainement, en un mot pour fraterniser autour de nos deux Fondateurs. Nous clôturerons ces festivités dimanche par une belle célébration eucharistique avant de nous séparer.

Ainsi, je déclare ouverts le weekend de fraternité et la phase finale du championnat du Bicentenaire de la Fondation des Frères de l’Instruction Chrétienne.

Que la fête soit belle!
Je vous remercie.

Frère Géniaud Lauture, provincial

Mots de Bienvenue d’un élève

Cher Frère Provincial, Chers Frères de la congrégation jubilaire des Frères de l’Instruction Chrétienne, Chers Directeurs de nos établissements respectifs, Professeurs, Coaches, Chers Parents, Chers Camarades,

Je prends la parole au nom de mes homologues de toutes les écoles FIC d’Haïti en cette circonstance toute particulière : le jubilé des 200 ans de fondation de la congrégation des Frères de l’Instruction Chrétienne.

Quelle joie de nos retrouver si nombreux sous un seul toit pour célébrer ensemble un tel jubilé ! Notre filiation commune à cette grande famille des FIC, dans le sillage du Vénérable Père Jean-Marie Robert de la Mennais et du Vénéré Père Gabriel Deshayes est ce ciment qui fait notre unité en ce jour.

Notre weekend à la fois sportif, culturel et spirituel se veut un temps fort, une expérience de famille d’où nous sortirons tous GAGNATS parce que nous aurons vécu une expérience de fraternité forte, marquante, vivifiante !

Merci déjà à tous ceux qui ont pensé et œuvré à la réalisation d’un tel évènement. A la vérité, c’est un acte de foi, quand nous savons que le contexte que connait notre pays nous pousse plus à nous emmurer qu’à sortir, encore moins à aller vers l’autre.

D+S : que ces lettres tant de fois copiées sur nos cahiers continuent de façonner l’être des Frères de l’Instruction Chrétienne : ces hommes tout pétris de Dieu et tout donnés à la mission éducative auprès des Enfants et des Jeunes ! Que cette conviction nous habite, nous aussi, jeunes : il est possible de fonder notre vie en Dieu tout en nous préparant à être utiles à notre prochain et à notre société (cf. l’extrait du discours du Frère Athénodore que nous avons dans notre charte)!

Sans cet enracinement en Dieu Seul, les FIC n’auraient peut-être pas connu une telle longévité ni une pareille vitalité dans le monde et particulièrement en Haïti !

Continuons à prier pour la congrégation jubilaire des Frères de l’Instruction Chrétienne. Que Dieu leur accorde de multiples bicentenaire pour sa plus grande gloire et le plus grand bien des jeunes qu’ils servent avec tant d’humilité et d’amour !

Bon weekend de fraternité à nous tous !

Par DUTREUIL Jean Christian, TV

Weekend inter-écoles FIC en Haïti

Le weekend du 10 au 12 mai prochain, notre institution sera le théâtre d’un grand événement de famille. Un weekend sportif, culturel et spirituel y sera organisé pour un public de 750 participants venus de toutes les écoles du réseau FIC du pays. Rencontres sportives, animation culturelle et spirituelle, messe de clôture… tel en sera le menu!
Cette rencontre de famille se situe au carrefour de plusieurs célébrations : le jubilé des 200 ans de fondation de la congrégation des Frères de l’Instruction Chrétienne – l’entrée dans la semaine des Pionniers FIC en Haïti, la journée mondiale des Vocations.
La série des matchs pour les éliminatoires au niveau de la zone Métropolitaine se déroulera sur les terrains de notre Institution, le weekend précédent.
Pour le coup d’envoi, un match de gala All Équipe éducative des Écoles FIC opposera un All Élèves FIC d’Haïti.
Ne manquons pas de faire de ce rendez-vous de famille un TEMPS FORT !!!

In memoriam

inmemoriam
Paul-Robert ANTHONY Promotion 1960

Paul-Robert Anthony a fait toutes ses études primaires et secondaires à Saint-Louis de Gonzague. Après l’obtention de son brevet de Pilote d’avion de la USAir Force, il fait une carrière d’Officier-Pilote au Corps d’Aviation des FAd’H.
Des liens particuliers ont été tissés entre Paul-Robert et son Alma Mater:
Sa mère, Mme Jeanne Malebranche ANTHONY fut l’une des toutes premières laïques à faire partie du corps professoral de Saint-Louis de Gonzague (Rue du Centre). Elle a enseigné au cours primaire jusqu’à sa mort en juin 1966. Ses funérailles ont été chantées à la chapelle de la rue du Centre.
L’épouse du défunt, Mme Mona Bass ANTHONY, a collaboré pendant 37 années à Saint-Louis, comme Professeur et comme Membre du Conseil de Direction (DVS) au Secondaire plus d’une quinzaine d’années.

Nos sympathies vont tout particulièrement à l’endroit de l’épouse du défunt, Mme Mona Bass ANTHONY et ses enfants.

Les Philos en conférence Avec UNE ÉQUIPE de la BRH

brh

Un mot particulier sur la conférence, avec les Représentants de la BRH, a été rédigé par un élève de la Terminale Rouge – D. En voici la transcription:

L’argent est présent dans toutes les sociétés. Du point de vue économique, il constitue un moyen d’échanges. Il nous permet également de réguler les prix des marchandises. Il peut être conservé pour être dépensé après. Le plus souvent, le meilleur moyen de l’économiser, c’est la banque.
Ce vendredi, 3 mai 2019, La promotion sortante de l’Institution Saint-Louis de Gonzague (SPERO) a eu le privilège de recevoir plusieurs cadres de la BRH qui effectuent une tournée scolaire à l’occasion des 40 ans d’existence de la Banque Centrale d’Haïti.
En guise d’introduction, M. Carl Henry nous définit son rôle primaire qui est d’assurer la stabilité interne et externe du pays par le biais du contrôle de politique monétaire. Avec Madame Alyssa, nous avons parlé de l’inflation qui résulte de plusieurs facteurs dont la circulation en excès de la monnaie. Puis, avec Madame Carine, nous avons traité du taux de change, principal fléau dans notre société, qui mine l’espoir de la population. Actuellement nous sommes dans un taux flexible. Ainsi, l’État n’est pas directement responsable de la hausse ou de la diminution du taux du dollar. M. Alfred ajoutait sa touche en nous parlant des bons et des obligations BRH.
Madame Célestin conclut avec le volet historique des billets de banque qui ont fait leur apparition sur le marché, le processus pour arriver à désigner le personnage devant figurer sur une monnaie bien déterminée. Toute la promotion s’est délectée de sa présentation succincte et très virevoltante.
Repus à la fin de cette belle conférence très instructive, notre porte-parole se chargea de clamer la satisfaction de chacun par un bref mot de remerciements bien pesé, comme à son habitude, teinté d’un tonnerre d’applaudissements.

(Djoubert MINGOT, Tle Rouge – D)

Nos élèves ont remporté plusieurs médailles au concours d’Art

Pour réussir une oeuvre d’art qui doit être unique, et originale il faut être un génie.
Dans cette meme lancée, Nos élèves ont participé, durant les vacances de Pâques, à une competition d’art et ils ont remporté 15 médailles sur les 22 possibles.
* ¬ Peinture : 3 médailles sur 7 possibles
* ¬ Portrait : 5 médailles sur les 6 possibles
* ¬ Nature morte : 7 médailles sur les 9 possibles.
* ¬ 4 premières places sur 9
* ¬ 5 deuxièmes places sur 923
* ¬ 6 troisièmes places sur 9.
Nos plus félicitations s’adressent à M. Jean-Baptiste, professeur d’art à l’institution.
Grand merci à la coordinatrice de toutes ces activités : Mme Fièvre!

Précieuse contribution à notre bibliothèque

[metaslider id=1846]

Les amants de la lecture peuvent se réjouir: la bibliothèque de l’alma Mater s’est encore étoffée! En effet, ce mardi 9 avril, la Fondation des anciens élèves de Saint Louis de Gonzague et deux représentantes du Bureau des Affaires Publiques de l’Ambassade Américaine ont été accueillies dans l’enceinte de l’Institution, porteuses d’une précieuse contribution à notre bibliothèque. Ainsi, par le biais de ces visiteuses, Madame Joanne Gousse (Assistante administrative du Centre Américain et conseillère en Éducation aux USA ) et Madame Estelle Cameau (Assistante aux programmes académiques et culturelles) l’Institution a reçu plusieurs romans sélects de la littérature anglaise, traduits dans la langue de Molière, et par lesquels nos jeunes mordus de la lecture découvriront de talentueuses plumes anglo-saxones.
Cette démarche introduit un ensemble de programmes proposés par l’Ambassade à l’Institution SLG grâce auxquels les jeunes St Louisiens pourront discuter d’une thématique de leur choix, extraite d’un ouvrage qui leur convient, en compagnie d’un représentant de l’Ambassade.
Nul besoin de tirer des rappels rébarbatifs sur les bienfaits de la lecture, cette honorable démarche de l’Ambassade américaine sera pour les jeunes St Louisiens un excellent canal de développement de leurs aptitudes intellectuelles. Puissent-ils en user le mieux possible!

Casseus Joanico
ASLG 2015
#faslghaiti

[envira-gallery id= »2254″]
[envira-gallery slug= »Précieuse contribution à notre bibliothèque »]

In Memoriam

Ces derniers jours, plusieurs de nos proches nous ont devancés.

Le Frère Hervé ZAMOR, exprime toute sa reconnaissance envers la communauté éducative de Saint-Louis. Il a bien remarqué la présence de la délégation d’élèves, de plusieurs professeurs de l’Institution dont des Mennaisiens. Il nous demande de continuer à le soutenir de notre prière pour la réussite de sa mission et pour le repos de l’âme de son frère Fargot.

Me Maxime AUGUSTE vient de perdre sa soeur Eulalie Yvenie JEAN-FRANÇOIS. Elle était née le 2 décembre 1952 à Saint-Raphaël. Elle est décédée à Port-au-Prince, le 30 mars 2019. La date de ses funérailles sera connue durant la semaine.

Mme Coeurlyne vient de perdre son grand frère de manière tragique. Il a reçu une balle non loin de Poste Marchand. La date des funérailles vous sera communiquée dès que possible.

Mme Maude ROMULUS a perdu son beau-frère Anthony ROMULUS, le 25 mars. Ses funérailles seront chantées au Parc du Souvenir, le samedi, 6 avril: exposition à 10h30, funérailles à 11h30.
Que le Seigneur leur accorde à tous le repos éternel!

St-Louis et De Delva à l’honneur au Concours de Nouvelles

nouvelles4

Samedi dernier, 23 mars, une délégation d’une vaingtaine d’élèves, ainsi que Frère Valmyr, ont fait le déplacement à l’hôtel El Rancho pour apporter leur soutien et leur accolade de  félicitations à Hans Raphaël DE DELVA, Lauréat du Concours National Scolaire de Nouvelles. Plus que le seul DE DELVA, on peut dire que c’est l’Institution Saint-Louis de Gonzague qui était à l’honneur.  En effet, le Maitre de cérémonie était Gil Sanders JOSEPH et Ronardy ABELLARD a lui aussi fait une intervention remarquable pour honorer sa petite sœur, la plus jeune des Lauréats (13 ans seulement!). Pour mémoire, Ronardy ABELLARD était le plus jeune Lauréat de l’Edition précédente. Trois élèves de la même classe : la NS3-Rouge! De toute évidence, le Maitre de cérémonie n’a pas tari d’éloges à l’endroit de ses deux camarades ni de l’Institution qui les forme. Le présent numéro fait un compte rendu de cette belle cérémonie-hommage.

Sous un ciel auréolé d’espoir éducatif, l’hôtel NH El Rancho a accueilli, le samedi 23 mars 2019, la cérémonie de remise de prix de la cinquième édition du Concours National Scolaire de Nouvelles organisé par l’Association des Professeurs de Créole et de Français d’Haïti en collaboration avec le CPECC.

Diverses personnalités ont jalonné l’enceinte de l’hôtel pour prendre part à cette activité; écrivains de renom, artistes célèbres, et élèves, parmi eux, des Saint-Louisiens. Mais aucun dirigeant politique, comme l’a fait remarquer un des intervenants! ‘Nous, de Saint-Louis’ (ainsi que nous aimons à le chanter dans notre hymne saint-louisien) étions une bonne vingtaine. Nous représentions fièrement notre Institution mise à l’honneur par Hans Raphaël DE DELVA, lauréat de la cinquième édition du concours de nouvelles, Gil Sander JOSEPH, maître de cérémonie de l’événement et Ronardy ABELLARD qui eut à prendre la parole pour honorer sa petite sœur, la plus jeune lauréate de l’année.

Notre Lauréat du Concours National Scolaire de Nouvelles!

Hans Raphaël DE DELVA, très connu dans l’Institution pour sa passion artistique et sa large étendue de connaissance, s’était fait humble au cours de la cérémonie. Assis par devant de la salle, DE DELVA gardait la tête baissée, prêtant l’oreille aux mots combien admirateurs de Gil à son égard. Était-ce par timidité? La chemise rouge vive qu’il vêtit manifestait cependant sa joie pour cette belle victoire. À noter que ce génie du crayon et de la plume s’est distingué parmi plus de mille candidats à travers le pays. DE DELVA a été complimenté à maintes reprises par ses premiers lecteurs dont Étienne ORÉMIL, président de l’Association des Professeurs de Créole et de Français d’Haïti. C’est une joie pour l’Institution de compter parmi ses rangs un élève d’un tel calibre. Hans Raphaël DE DELVA compte désormais un trophée en plus sur son étagère et offre une victoire de plus aux archives de L’Institution Saint-Louis de Gonzague.

Gil Joseph Sander
Gil Joseph Sander

nouvelles2L’assemblée de l’hôtel El Rancho a pu assister aux talents d’un autre illustre élève de l’Institution Saint-Louis de Gonzague. Il s’agit de Gil Sander JOSEPH, gagnant de la quatrième édition du concours de nouvelles. Gil a assuré avec brio le rôle de maître de cérémonie. Ses camarades étaient même enclins à l’appeler “monsieur”, car ils avaient devant eux un homme, faisant preuve de toutes les qualités du maître de cérémonie idéal. Gil a astucieusement animé l’événement. Il a su gérer parfaitement le temps qui lui était imparti et, quand il le fallait, détendre l’atmosphère par de petites blagues. On voit déjà en ce jeune homme une remarquable carrière dans l’art de la communication.

L’événement s’est clôturé par la remise des différents prix et certificats aux dix lauréats du concours. Ensuite, les amants de la lecture ont pu se procurer le livre “Mon Père, Ce Héros”, recueil de nouvelles constitué par les dix textes vainqueurs du concours. Ces jeunes écrivains ont fait leurs premières dédicaces avec passion. Les voilà lancés sur la longue et excitante route du monde littéraire.

Wilhem HECTOR (NS3-Rouge)

Quelques paroles fortes ont été prononcées lors de cette belle cérémonie. Qu’il nous soit permis d’en partager quelques-unes avec vous :

  • ‘La valeur d’un pays ne vaut que par sa ma-tière grise. Il faut que quelque chose change dans ce pays et que l’argent du pays serve à l’intelligence.’ (Gary VICTOR, écrivain et organisateur du concours)
  • Nous ne pouvons qu’être fiers de Yannick LAHENS qui représente si bien notre pays dont l’image à l’étranger se résume à: coup d’Etat, fatras…. Ne dormez pas sur vos lau-riers… le métier de l’écriture vous apprend l’humilité, cet espace de ‘mounitude’ dans lequel vous vous sentez pleinement chez vous, libres de penser… (Kttly MARS, écrivaine et organisatrice du con-cours)
  • ‘Ne faites pas attention aux amuseurs, aux raketteurs… ça va passer. Continuez à tra-vailler dur, parce que le succès n’est jamais le fruit de la facilité. Imitez ceux qui ont réussi dans de bonnes conditions. Merci à ceux qui viennent des villes de province où le livre n’est pas forcément dans leur menu quotidien. Leur succès est le prix de beau-coup d’effort. Lè peyi a pi mal se lè sa pou n’ fè plis efò. Ne faites pas attention à ceux qui vous offrent la facilité. Le pays peut changer et nous y croyons.’ (Fred BRUTUS, PDG de C3 Editions)
  • ‘L’avenir c’est vous. Refusez la voie de la facilité. Nous pouvons construire d’autres citadelles. Imitez les bons modèles, il y en a dans notre pays.’ (Eric JEAN-BAPTISTE, Bienfaiteur du concours)
  • ‘Un renouveau de la jeunesse haitienne est possible : n’abadonnez pas les jeunes.’ (Amanda COTHY et Barbara DORVIL: deux Laurérates de l’édition 2017)
  • L’absence d’aide étatique à une telle initiative montre bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans notre pays…. La lecture et l’écriture sont des éléments majeurs qui aident les jeunes à se construire comme membres d’une collectivité…(Dr Réginald BOULOS, Bienfaiteur du concours)
  • ‘Une telle initiative montre  bien qu’Haïti n’est pas que  ce qu’on en dit dans les médias: l’arrivée de Mme Yannick LAHENS  au collège de France en dit long sur Haïti.’ (Représentant de l’Ambassade de France)

En route pour le 2e tour de j’épelle au soleil!

jepelle1

Pour cette neuvième (9e) édition, Saint-Louis de Gonzague continue à honorer l’invitation de Télé Soleil pour le concours national d’épellation sous le nom de « J’épelle au soleil« , qui est une compétition d’orthographe lexicale réalisé à l’oral et comprenant plusieurs tours. 

Jusqu’ici, Saint-Louis de Gonzague reste et demeure l’école championne en titre du concours et n’est jamais vaincue.

Nos épeleurs sont à leur second match. Une tradition qui se poursuit 15/15 au premier match et 15/15 au second! Derière ces victoires, que de dévouement! Notre équipe est donc qualifiée pour le second tour du concours!

À travers ce concours, un des membres du jury, (le “prononceur”) désigné sous le nom “le dictionnaire”, prononce un mot que l’élève doit épeler à voix haute, devant un public sélectionné composé de parents, d’éducateurs, de membres de la presse et d’autres personnalités. Le concurrent peut demander au lecteur de répéter le mot, de le définir, de l’utiliser dans une phrase ou une expression, etc.

Le concours d’épellation présente de nombreux avantages pour les participants, la finalité étant de promouvoir l’excellence en milieu scolaire.

En effet, en se préparant pour un concours d’épellation, l’élève améliore son orthographe et enrichit son vocabulaire. Du coup, il développe un intérêt certain pour l’étude de la langue.

Pour bien maîtriser l’orthographe d’un mot, l’élève doit chercher sa définition (donc, il va utiliser plus souvent son dictionnaire). Il s’active aussi à chercher la ou les langues d’origine, ce qui va lui permettre de se familiariser à l’histoire universelle. Mais, ce n’est pas tout. L’enfant qui commence à effectuer des recherches ne va plus arrêter de se documenter, donc de s’instruire. Il va relever son niveau d’éducation et aura beaucoup plus de chances de réussir à l’école et dans la vie.

Outre la maîtrise des arts du langage et l’incitation à l’apprentissage, l’élève qui monte sur un podium apprend à surmonter sa timidité et développe une certaine capacité au niveau des arts de la scène.C’est tout l’intérêt de l’organisation de ce genre d’activités parascolaires.

Félicitations à toute l’équipe et aux encadreurs, notamment l’infatigable M. Ricardo Gue pour son accompagnement!

jepelle3

Avis aux parents!

Tous les Parents qui ont un ou des enfant(s) sur la liste des admis et la liste d’attente sont attendus à une importante réunion qui aura lieu à la cafétéria du secondaire de l’Institution, le mardi 19 mars, à 3h30 PM.

Admission 2019-2020

Liste des élèves admis en 1ère année

2019-2020

1 106 199 290 373 497
6 107 200 293 377 498
9 108 201 294 383 504
19 111 203 298 390 508
21 112 206 299 392 515
22 114 214 304 393 523
24 124 216 305 394 524
25 126 219 306 396
30 127 221 307 398
31 131 222 311 400
34 133 223 313 416
37 134 224 316 420
38 149 228 318 421
42 152 236 324 422
44 153 242 325 438
45 154 245 327 441
58 161 247 328 448
59 163 261 329 454
66 165 263 330 456
68 173 268 340 457
70 178 270 343 460
76 181 273 351 461
79 182 276 353 462
87 183 279 359 467
89 186 280 363 471
93 188 282 367 474
94 192 283 370 475
96 194 286 371 493
100 197 289 372 495

Liste d’attente:

11 62
15 90
35 95
41 129
43 143
48 146
60

Hommage posthume à Maitre Jean Reynold PETION

PPQuelqu’inacceptable qu’elle soit, la chose n’en est pas moins certaine. Telle une rumeur, la nouvelle a fait le tour des cercles d’amis tant d’ici que d’ailleurs. J’en connais qui sont restés muets pendant plusieurs jours. D’autres se sont fermé les yeux en signe de refus. Mais à quoi bon s’enfuit dans le rêve quand le cauchemar et la réalité se passent tour à tour la musique de l’effroyable. Quand le réel et l’imaginaire sont l’enclume et le marteau, demeurer dans le faux fuyant est une logique que l’on doit s’interdire. Faudrait-il qu’on se rende à la triste évidence. Décidément, Renaud est mort. Pépé est parti. Dyab n’est plus.

Mais, me dira-t-on, les hommes ne meurent-ils tous pas ? Et je vous dirai que ce n’est seulement la mort d’un homme que je pleurs, mais la disparition d’un bel échantillon d’humanité, un des plus beaux échantillons que ce coin de terre ait jamais produit. Renaud n’a combattu aucune guerre conventionnelle. Et pourtant, c’était un preux, un valeureux. Le temps nous manque de dresser le portrait de ce genre de héros qu’était Renaud. Ces gens, qu’ils soient hommes ou femmes, je les appelle ‘les héros du quotidien’. Ceux qui donnent à la vie son vrai sens et sa valeur. Le célèbre chansonnier populaire dirait : ‘Se yo ki fè lavi mache’.

On ne pouvait connaitre Renaud sans l’aimer. Mathématicien de son état, il ne posait pas l’équation de la vie en termes de valeurs absolues. Il leur préférait les joies simples de la vie. Propagateur de paix, Renaud a accompli un tour de force que ne peuvent même ceux qui prennent les villes et remportent de grandes victoires militaires. Il ne se mettait jamais en colère. Il souriait toujours. Fin causeur, il était l’âme du giron de tous les cercles d’amis. C’est à travers Renaud que je connais une bonne partie des histoires de la Grande Anse sans y avoir jamais mis les pieds. Apôtre du vivre ensemble, il s’inquiétait toujours des déboires de son pays dont la politique était pour lui un sujet de conversation passionnant. Il se faisait tort de trouver un dénominateur avec tous ceux qui se trouvaient sur son chemin.

Bon père, il chérissait Calolo et Joujou comme la prunelle de ses yeux.

Prince de l’amitié, il compartimentait ses amis. Ceux des frères Saint-Louis occupaient une place spéciale. Je veux parler des Allemagne, des Jantou, des Daddy, des Kalil : ceux-là, avec d’autres, étaient sacrés. Il me parlait de ses conversations avec des collègues tels que Maitre Jean-Claude, Maitre Joubert, Maitre Agénor CADET, l’actuel Ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle. Ce prince de l’amitié prodiguait des largesses affectives à ses amis qui le lui rendaient bien.

A considérer le nombre de ses amis qui occupe des positions importantes, cet homme aurait pu se hisser très haut dans l’échelle sociale ou même se faire une place sur l’échiquier politique. Mais il était d’un autre genre. Il aimait ses amis pour ce qu’ils sont et non pour les avantages qu’il pouvait en tirer. Au fait, en termes d’avantages matériels, il n’en a tiré aucun. C’est avec le cœur lourd, mais aussi comme on décerne une récompense, que nous lui décernons, à titre posthume, le titre d’universitaire sans fortune.

Renaud est parti pour le chemin de toute la terre. Il restera toujours dans nos cœurs ce qu’André MALRAUX appelait ‘notre musée imaginaire’. Il est parti pour un monde meilleur, car nous rendons de lui ce témoignage que ses dernières pensées ont été pour son Seigneur à qui il avait recommandé son âme.

Pépé était en quelque sorte un incompris. On le disait mauvais gestionnaire, mais c’était mal comprendre sa philosophie de la vie. A tort ou à raison, il se croyait obligé de partager tout ce qui lui venait en mains sans se soucier du lendemain. L’image que je garde de cet incompris est ce que dépeint Charles Baudelaire dans l’Albatros: ses ailes de géant l’ont empêché de marcher.

Il a fini par se rendre à l’évidence que de toutes les options intellectuellement viables aux problèmes de l’existence humaine, la foi en Jésus Christ est de loin la meilleure, et ceci à des années-lumière.

(Comme il n’a pas su s’encombrer des biens matériels, la terre lui sera légère. Va en paix, Pépé!)

Jean Phareau DUMONT

La perte d’un éducateur émérite

Chers Membres de la Direction

Chers Amis et Collègues,

PP2

Nous avons vécu ces derniers jours le cauchemar de la perte d’un éducateur émérite, Monsieur Jean Reynod PETION, qui est parti pour la maison du Père. Ce qui nous exaspérait le plus c’est la cruauté de sa maladie qui ne lui avait laissé aucun répit, c’est la décrépitude de son corps dans une âme sainte, c’est sa crucifixion lente sur son lit de malade, son constat d’une vie d’échec face à la ténacité de rude travailleur.

Nous conservons de Monsieur Jean Reynod PETION un humour décapant qui ne le quittait jamais. Qui d’entre nous, en entrant dans la salle des profs n’avait pas le sourire aux lèvres en l’écoutant narrer une histoire insolite ? Comme il prenait bien son air convaincant pour analyser à la loupe la politicaillerie haïtienne et la cécité de nos dirigeants, relater les exploits de l’équipe de football haïtienne ou brésilienne…

Que de fois il nous relatait qu’il corrigeait ses copies à la lueur d’une bougie afin de remettre ses notes à temps, qu’il reprenait à maintes reprises une notion de mathématiques ou de physique non assimilée par quelques-uns de ses apprenants dissipés. Il a tant souffert sans se plaindre, souvent incapable d’acheter ses médicaments s’il a eu le malheur d’être malade avant le dépôt effectif du 20 de chaque mois.

Pourtant beaucoup d’entre nous ont fait semblant de ne pas voir la douleur de ce prof qui éprouva au plus haut point l’intérêt d’enseigner.

Il a été pour ses apprenants le prof dont ils admiraient tant le savoir, son sens de l’écoute et son indulgence. S’il savait complimenter souvent, il hésitait souvent à sévir.

Pépé, ton départ attendu et souhaité quand tu étais au paroxysme de la souffrance, nous a causé un vide indélébile. Tu as été notre élixir de détente par tes anecdotes connus de toi seul, notre source d’inspiration dans un monde où des hommes de même langage se considèrent comme famille et pourtant ne peuvent plus se comprendre sans interprète et où règne la croix sans le Christ.

Va en paix ! Que la terre te soit légère et les portes du Paradis toute grandes ouvertes pour t’accueillir dans ton vrai monde !

Me Louiné JOSEMA

Des légendes comme mon père survivent au temps!

PP3La mort de mon père ne m’a pas été rapportée, on ne m’a pas appelé pour me l’annoncer subitement, non, je l’ai vécue. Mon père a rendu l’âme alors que nous, mon frère, trois autres amis et moi, l’aidions pour qu’il puisse faire quelques pas, car même cela lui était impossible. C’est pour vous dire qu’il est parti dans nos bras. Cela m’a tout d’abord plongé dans une profonde tristesse.

La perte de mon père m’avait anéanti et affaibli. Mais par la suite, j’ai pris son décès comme un tremplin pour me pousser à travailler davantage. En effet, comme vous le savez tous, Jean Reynold PETION était un grand homme qui avait consacré sa vie à l’éducation : l’éducation des siens ainsi que celle de nombreux autres élèves tant à Saint-Louis de Gonzague que dans diverses autres écoles de la capitale.

Professeur de mathématiques et de physique pendant plus de trente ans, il a su apporter son savoir à des milliers d’élèves et notamment les 23 promotions qu’il a formées à Saint-Louis de Gonzague. Il ne s’est jamais lassé de prononcer ces mots : ‘Ti mesye, pran etid nou oserye, se sa k’ kle lavi a.’

Je dois également vous dire que mon père était un grand fan du football, car je veux qu’on garde cette image de passionné de foot qu’il fut. Il s’adonnait souvent à des débats autour du foot avec ses élèves ainsi que ses collègues et des amis du quartier, grand fan du Brésil et du Real Madrid qu’il était.

Un autre sujet qui le passionnait également était la politique.

Toute personne qui, pendant une période, a pu côtoyer mon cher papa, a forcément gardé l’une ou l’autre de ses phrases légendaires ; son fameux : ‘Non tonton, rete, tchuiiiip… !’ (pardonnez-moi l’expression). Il ne cachait jamais sa frustration quant à l’impertinence, la turbulence ou l’ignorance d’un élève face à des casse-têtes en physique ou en maths qui pourtant lui était un simple BEABA.

Jamais je ne pourrais résumer en quelques lignes la vie riche que mon père a vécue. Il y aurait beaucoup à dire. Mais je voudrais conclure en vous disant ceci : seuls les simples hommes meurent, mais des légendes comme mon père survivent au temps, car ils restent à jamais gravés dans nos mémoires.

Je vous remercie !

Jerry PETION, son fils, élève de Terminale Bleue

Inscription 2019

Inscription en SEPTIÈME Année 2019 – 2020

ENFANTS CONCERNÉS : ENFANTS NÉS EN 2006 OU APRÈS (2007-2008)Télécharger l'affiche!

DU 21  janvier  au  24  janvier  2019 (4 jours!!!)

De 7h00 à 11h0 AM, à l’Administration Générale

PIÈCES EXIGÉES, à mettre sous enveloppe:

  • Extrait d’archives (original et copie)
  • Carnet scolaire de Cinquième AF et de Sixième AF (original et copie)
  • Certificat de baptême, de communion, de confirmation ou de présentation au temple (original et copie)
  • Deux photos d’identité récentes et identiques du Candidat et 1 photo du Père et 1 photo de la Mère
  • 1 photo d’identité de chaque Parent ou des deux PREMIERS Responsables
  • Carte paroissiale des parents catholiques (originale et copie) ou Carte de fidélité à son église
  • Frais d’inscription : 1500 gourdes

N.B.Le  formulaire d’inscription sera à remplir à la maison. Aux dates du 21 au 24 janvier, on distribue les formulaires qui seront retournés après.

Un (1) rendez-vous sera pris où le candidat devra être OBLIGATOIREMENT accompagné de  ses 2 Parents ou ses 2 PREMIERS Responsables.

Inscription en PREMIÈRE Année 2019 – 2020

ENFANTS CONCERNÉS: ENFANTS NÉS ENTRE  JANVIER 2013 ET MARS 2014.Télécharger l'affiche!
Du 8 janvier au 10 janvier 2019 (3 jours!!!)
De 7h00 à 11h0 AM, à l’Administration Générale

PIÈCES EXIGÉES, à mettre sous enveloppe:

    • Extrait d’archives (original et copie)
    • Bulletin de Noël 2018 (original et copie)
    • Certificat de baptême ou de présentation au temple (original et copie)
    • Deux photos d’identité récentes et identiques de l’enfant
    • 1 photo d’identité de chaque Parent ou des deux PREMIERS Responsables
    • Carte paroissiale des parents catholiques (originale et copie)
    • Frais d’inscription : 1500 gourdes

NB: Le  formulaire d’inscription sera à remplir à la maison. Aux dates du 8 au 10 janvier, on distribue les formulaires qui seront retournés après.

Deux (2) rendez-vous seront pris où l’enfant devra être OBLIGATOIREMENT accompagné de  ses 2 Parents ou ses 2 PREMIERS Responsables.

 

LA DIRECTION

Meilleurs Voeux 2019

FRERE HUBERT LE DEIT (1932 – 2018)

Hubert (13)Extraits de la présentation par Fr. Joseph Bellanger à l’occaion des funérailles de Fr. Hubert, samedi 27 Janvier.

Plus de 85 ans accomplis :la vie de Frère Hubert est bien remplie.
Au seuil de ses 18 ans, il entre au noviciat des Frères de l’Instruction Chrétienne.
Au bout de 10 ans, après une expérience pédagogique en Bretagne et après avoir prononcé son engagement définitif à Ploërmel, il débarque en Haïti en 1960, année du centenaire de la mort de Jean-Marie de la Mennais.
Durant ses 58 ans en Haïti, Frère Hubert en a vécu 40 à Saint Louis de Gonzague : 34 ans à la rue du Centre avec diverses fonctions : enseignant, directeur, économe, supérieur, responsable pédagogique ; 6 ans à Delmas : dans l’équipe de fondation, 3 ans comme directeur et économe – puis 3 autres comme responsable du troisième cycle. Pendant ce temps, il est sur bien des fronts pour soutenir d’autres institutions scolaires et d’autres œuvres ecclésiales, pour servir une population autre que la population saint-louisienne, en particulier par son implication dans la rénovation des manuels scolaires et l’aggiornamento de l’enseignement catéchétique.
Retraité depuis 2010 il nous a quitté le dimanche 21 janvier, en la fête de Notre Dame d’Altagrâce. Il était dans sa 58e année d’Haïti.

Dans notre Haïti qui connaît des mutations profondes souvent difficiles, parfois douloureuses, tant dans la société que dans le tissu ecclésial, et qui est tenté par le repli sur soi, la méfiance ou l’indifférence, la vie de Frère Hubert dit qu’un autre monde est possible : l’Évangile vécu au jour le jour, la gratuité, la simplicité, l’ouverture aux autres, la conversion permanente.

Le MERCI DE FR. HUBERT.
19260346_10155642992769843_1818157205142618996_n« Depuis plus de 50 ans passés en Haïti, quand je me remémore toutes les marques de confiance et d’amour que j’ai reçues, je ressens un immense sentiment de reconnaissance. Merci à ma congrégation, merci à mes frères et aux collaborateurs qui ont partagé mes travaux, merci à l’Église qui m’a associé à sa mission d’annoncer Jésus-Christ, merci au Ministère de l’Éducation nationale qui m’a associé à sa mission d’éducation, merci au peuple haïtien qui m’a appris l’espérance et la joie de vivre. Pour tout l’amour reçu, MERCI. »

A la mémoire de Frère Hubert Le Deit

Les obsèques de Frère Hubert Le Deit ont eu lieu ce samedi 27 Janvier à Saint-Louis de Gonzague.

[envira-gallery id= »2071″]

  • Le secondaire de Saint-Louis de Gonzague a quitté, après 83 ans de présence, les locaux de la rue du Centre, pour s’installer à Delmas 31-33, en 1973.
  • Seules les classes de 3e, 2de, 1re et philo furent déplacées. La communauté était alors de dix frères, dont neuf enseignaient à tous les niveaux. Le Frère Hubert Le Deit fut le premier directeur et supérieur.

Biographie

Hubert-Le-Deit-214x300

Naissance  : 23 octobre 1932 à Crédin, France.
Noviciat : 01 août 1950  à  Jersey
Profession perpétuelle  : 01 août 1960
Province Saint-Louis-de-Gonzague

Décédé à l’Hôpital du Canapé-Vert à Port-au-Prince, le 21 janvier 2018, à l’âge de 85 ans, dont 67 de vie religieuse.

Province Saint-Louis-de-Gonzague

Parcours de vie

 

1953 Languidic Enseignant

1954

Hennebont Enseignant
1956 Crach Enseignant
1957 Service militaire
1959 Gourin Enseignant
1960 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague) Enseignant
1965 Institut Catéchétique de Strasbourg Étudiant
1966 Pétion-Ville – (Juvénat : 3ème – Terminale) Directeur
1968 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Rue du Centre) Directeur du primaire
1971 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Rue du Centre) Directeur
1973 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Delmas) Directeur
1976 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Rue du  Centre) Directeur
1982 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Rue du Centre) Directeur du Primaire
1992 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Delmas) Directeur du 3ème Cycle
1995 Pétion-Ville (Juvénat : 3ème – Terminale) Supérieur, Directeur
2002 Juvénat Économe, Comité National de Catéchèse – Éditions FIC
2006 Port-au-Prince (St-Louis-de-Gonzague – Rue du Centre) Économe
2010 Pétion-Ville, Maison Gabriel-Deshayes Retraité

Un Grand Merci à Tous Les Bienfaiteurs!

Nous voulons remercier de facon toute particulière tous nos bienfaiteurs. Car, grâce à eux, nous pouvons dire que SLG est de nouveau debout. Des actions menées en faveur de l’Institution et tous les efforts quotidiens ne pourraient être aussi efficaces sans leurs soutiens.

En voici une liste des entreprises qui ont donné du matériel ou versé des espèces pour les terrains de sports:

Wenling Traffic Itd, Croix Rouge Américaine, Malta H, Sogebank, Fondation Lesly Emmanuel Brezault , Haiti Blocs, Batimat, Bahibloas, JEPHYGA Construction, Entreprises Murat Excellent, SHANA Footbal Club, PANEXUS, Fédération Haitienne d’Athlétisme, Metayer Construction, Groupe Jean Vorbe

bienfaiteurs-ent

Nous profitons également pour remercier des anciens élèves qui ont contribué récemment pour l’amélioration du stade et la finition du terrain synthétique:

Armand Gilbert,  Aubourg Jean-René,  Avril Grégor,  Bélizaire Jean-Garnier,  Boucard MarioBruno Alain,  Carré Jean Jacque,  Carrié Jean Luc,  Charles Léon,  Chavannes SandroCraan Alain Dénizé Ralph,  Dénizé Robert Dénizé Pierre-Edouard,  Desrosiers JuhaniDorval LeslyDouyon Paul,  Dubois Jean-BadenDumay Harry,  François NadyGrousse Lionel,  Guerrier Grégory,  Henry RobertDubois, Heraux StéphaneHeurtelou RégynaldHilaire Grégory,  Jean-Louis GrégerJean-Phillipe AlainJean-Pierre StéphanJulien Hervé,  Lalanne RudolpheLaraque Philliplarco Danielle,  Legagneur Hervé,  Legros Imbert,  Legros Grégory,  Léonard Frantz,  Lhérisson Patrick,  Limousin LéonceMengual Marconel,  Michel Juders,  Michel KennethMoscova RogerNocéra PépinePolicard FranckyRameau PavlovRaymond MuratRigeaud StanleyRivière FrédérickRomain Jef,  Romulus RudySiméon Jacques-Henri,  Trévant Lucien CharleyTurnier DavidVallès Pierre-RichardVieux AllanWulff Frédérick

Une fois encore, toute la communauté saint-louisienne leur remercie chaleureusement pour leur participation.

Un géant vient de nous quitter